3 thématiques clés pour améliorer notre société

Economie

Véritable poumon économique de la Belgique, notre région héberge de nombreuses entreprises aux activités variées. Il appartient aux politiques d'orienter la création d'entreprises vers des modèles durables, de soutenir les PME les plus fragiles et d'accompagner les personnes peu qualifiées vers l'emploi.

Environnement

Bruxelles se trouve confrontée comme toutes grandes métropoles à des problèmes d'embouteillages, de pollutions et de surdensification.
Aux politiques de se montrer courageux dans la résolution de ces enjeux et d'impliquer le citoyen pour construire avec lui notre ville de demain.

Culture

Classée ville la plus multiculturelle après Dubai, Bruxelles dispose d'une richesse créative somnolente.
Osons donner les moyens aux professionnels comme aux amateurs de tirer le plein potentiel de leurs talents !

 

Une économie en phase avec les réalités de notre société

 
 

1. Stimuler l'entrepreneuriat de demain

Notre société doit évoluer afin de plus prendre en compte les conséquences écologiques et sociales des activités économiques. Il est indispensable d’inscrire les nouvelles entreprises bruxelloises dans une dynamique innovatrice en saisissant les opportunités liées à l’économie circulaire, l'entrepreneuriat social et à la digitalisation.

1. Renforcer l’économie circulaire en Région bruxelloise

  • Exploiter le potentiel industriel pour rencontrer les défis environnementaux avec une véritable stratégie industrielle bruxelloise, en intégrant notamment la systématisation de l’approche circulaire pour toutes ces activités et en étroite concertation avec les représentants sectoriels

  • Intensifier la mise en œuvre du programme régional d’économie circulaire ainsi que le Plan Ressources et Déchets, en poursuivant l’appui aux entreprises et en stimulant la demande des consommateurs (entreprises et citoyens) pour des produits et services ayant la plus basse empreinte carbone et écologique possible

2. Promouvoir l’entrepreneuriat social autour 3 axes : faire connaître, soutenir & mettre en réseau

  • Faire connaître ce nouveau modèle entrepreneurial en créant des partenariats avec le monde de l’enseignement afin de proposer le modèle de l’entrepreneuriat social comme alternative durable tant dans l’enseignement secondaire que supérieur

  • Soutenir l’entrepreneuriat social via appels à projets annuels et via la création d'un cadre favorable pour les entreprises sociales bruxelloises au sein d’incubateurs ou de fablabs  

  • Mettre en réseau les entrepreneurs sociaux afin de stimuler et mutualiser les initiatives, via un lieu d’échange de bonnes pratiques, des réseaux de soutien et une plateforme numérique accessible et documentée sur l’entrepreneuriat social.

3. ​Soutenir les innovations digitales

  • Positionner Bruxelles comme hub international de l’intelligence artificielle en s’appuyant sur le monde universitaire et entrepreneurial, et soutenir les incubateurs chargés de faire le lien entre les besoins du marché et les centres de recherche en intelligence artificielle

  • Accélérer la digitalisation de notre économie et la transformation digitale de nos entreprises par la mise en place de sites d’expérimentation de nouvelles technologies afin de permettre aux entrepreneurs bruxellois de venir tester le développement de nouveaux outils mais aussi d’évaluer les effets positifs ou négatifs de ces nouvelles technologies

  • Généraliser l’Open Data des données publiques en vue de développer des solutions pour la société (ex santé, mobilité, administration...) ; créer et financer un Fonds numérique pour financer ces entreprises dans leur phase de création.

Envie d'en savoir plus sur le programme de DéFI? Une question sur les propositions ci-dessus? N'hésitez pas à me contacter, je vous répondrai au plus vite :-)

 

Une région aménagée pour ses habitants

 
 

1. Défendre une politique de mobilité ambitieuse

Pour une cohabitation harmonieuse entre tous les usagers (piétons, cyclistes, automobilistes...), il faut oser faire des choix clairs sur l'aménagements de l'espace public: investissons massivement dans nos transports publics, assignons des espaces propres pour les cyclistes et redonnons la place belle aux piétons !

1. Répondre à la demande croissante de transports publics

  • Créer 4 nouvelles lignes de métro et augmenter l’offre ferroviaire sur l’ensemble du réseau bruxellois (objectif : un train toutes les 15 minutes y compris le week-end et en soirée) 


  • Améliorer les vitesses des transports publics bruxellois en finalisant l’automatisation du métro (qui permettra une fréquence d’un métro toute les 1 minute 30), prolonger au-delà d’1h00 du matin les heures de fin de service des transports publics, étendre les sites propres et équiper les carrefours avec feux donnant la priorité aux transports en commun


  • Instaurer une tarification unique transports publics et services de mobilité privés (auto/vélo-partage, parkings...) dans toute la zone RER, un système d’abonnement unique (« Pass Mobilité ») et créer une application numérique unique du « Pass Mobilité » afin d’assurer une diffusion en tant réel des informations de transport des différents opérateurs publics et ainsi permettre d’assurer une offre de mobilité intégrée 

2. Bruxelles, une région 100% cyclable

  • Poursuivre le développement du réseau d’itinéraires cyclables régionaux (ICR), réaliser cinq itinéraires le long des voies ferrées et créer un réseau de voiries urbaines cyclables à 100% (= offrir les conditions de sécurité et de confort standard sur tout le territoire, adaptées au type de rue et à l’importance du trafic)

   

  • Réaménager les grands carrefours complexes, les abords d’écoles et les franchissements des grandes coupures urbaines (canal, voies ferrées, grands axes routiers, Ring...) pour assurer la performance de l’itinéraire sous quatre angles : sécurité, continuité physique, rapidité et capacité en proportion du flux de cyclistes


  • Adopter un « plan stationnement vélo » destiné à planifier le déploiement d’une offre en stationnement vélo sécurisé: avec l’obligation pour chaque organisateur de grands événements d’assurer un parking vélo proche et surveillé par du personnel spécialement dédié, une attention particulière pour les stations de métro, de tram, etc. afin de favoriser la combinaison du vélo avec d’autres modes de déplacement et un soutien aux initiatives de stationnement résidentiel (développement de l’offre de boxes à vélos, reconversion de locaux vacants, mutualisation d’espaces sécurisés entre particuliers...)

​  

3. ​Repenser l'espace public

  • Restructurer les grands axes urbains internes à la Région en réaménageant ou créant de voiries latérales séparées des voies de circulation principales afin de permettre de créer des conditions de circulation plus confortables pour les piétons et les cyclistes

  • Lancer un programme de réaménagement des grands espaces publics bruxellois (Meiser, Louise-Toison d’Or, Schuman, Madou, abords de la gare du Midi) afin d’y renforcer l’animation urbaine. Ces espaces réaménagés doivent permettre de gagner 50% d’espaces supplémentaires pour les piétons et de limiter au strict minimum l’emprise spatiale de la circulation routière et du stationnement

  • Lancer un programme d’aménagement de magistrales piétonnes rayonnant depuis le piétonnier du centre-ville, en reliant des pôles piétons majeurs (Louise, Cinquantenaire, Parlement européen, Tour & Taxis,...) dans un rayon d’environ 2 km, soit 30 minutes de marche et ce dans les meilleures conditions de sécurité, de continuité et de confort

 

1. Défendre une politique de mobilité ambitieuse

Pour une cohabitation harmonieuse entre tous les usagers (piétons, cyclistes, automobilistes...), il faut oser faire des choix clairs sur l'aménagements de l'espace public: investissons massivement dans nos transports publics, assignons des espaces propres pour les cyclistes et redonnons la place belle aux piétons !

1. Répondre à la demande croissante de transports publics

  • Créer 4 nouvelles lignes de métro et augmenter l’offre ferroviaire sur l’ensemble du réseau bruxellois (objectif : un train toutes les 15 minutes y compris le week-end et en soirée) 


  • Améliorer les vitesses des transports publics bruxellois en finalisant l’automatisation du métro (qui permettra une fréquence d’un métro toute les 1 minute 30), prolonger au-delà d’1h00 du matin les heures de fin de service des transports publics, étendre les sites propres et équiper les carrefours avec feux donnant la priorité aux transports en commun


  • Instaurer une tarification unique transports publics et services de mobilité privés (auto/vélo-partage, parkings...) dans toute la zone RER, un système d’abonnement unique (« Pass Mobilité ») et créer une application numérique unique du « Pass Mobilité » afin d’assurer une diffusion en tant réel des informations de transport des différents opérateurs publics et ainsi permettre d’assurer une offre de mobilité intégrée 

2. Bruxelles, une région 100% cyclable

  • Poursuivre le développement du réseau d’itinéraires cyclables régionaux (ICR), réaliser cinq itinéraires le long des voies ferrées et créer un réseau de voiries urbaines cyclables à 100% (= offrir les conditions de sécurité et de confort standard sur tout le territoire, adaptées au type de rue et à l’importance du trafic)

   

  • Réaménager les grands carrefours complexes, les abords d’écoles et les franchissements des grandes coupures urbaines (canal, voies ferrées, grands axes routiers, Ring...) pour assurer la performance de l’itinéraire sous quatre angles : sécurité, continuité physique, rapidité et capacité en proportion du flux de cyclistes


  • Adopter un « plan stationnement vélo » destiné à planifier le déploiement d’une offre en stationnement vélo sécurisé: avec l’obligation pour chaque organisateur de grands événements d’assurer un parking vélo proche et surveillé par du personnel spécialement dédié, une attention particulière pour les stations de métro, de tram, etc. afin de favoriser la combinaison du vélo avec d’autres modes de déplacement et un soutien aux initiatives de stationnement résidentiel (développement de l’offre de boxes à vélos, reconversion de locaux vacants, mutualisation d’espaces sécurisés entre particuliers...)

​  

3. ​Repenser l'espace public

  • Restructurer les grands axes urbains internes à la Région en réaménageant ou créant de voiries latérales séparées des voies de circulation principales afin de permettre de créer des conditions de circulation plus confortables pour les piétons et les cyclistes

  • Lancer un programme de réaménagement des grands espaces publics bruxellois (Meiser, Louise-Toison d’Or, Schuman, Madou, abords de la gare du Midi) afin d’y renforcer l’animation urbaine. Ces espaces réaménagés doivent permettre de gagner 50% d’espaces supplémentaires pour les piétons et de limiter au strict minimum l’emprise spatiale de la circulation routière et du stationnement

  • Lancer un programme d’aménagement de magistrales piétonnes rayonnant depuis le piétonnier du centre-ville, en reliant des pôles piétons majeurs (Louise, Cinquantenaire, Parlement européen, Tour & Taxis,...) dans un rayon d’environ 2 km, soit 30 minutes de marche et ce dans les meilleures conditions de sécurité, de continuité et de confort

Ces propositions ne sont qu'une sélection parmi toutes les solutions portées dans le programme de DéFI. Si vous avez une question ou envie d'en savoir plus, contactez moi en cliquant sur le bouton ci-dessous:

 

Une vie culturelle soutenue par les pouvoirs publics

 
 

1. Favoriser l'émergence de nouveaux artistes

Dans le développement d'un projet artistique, disposer d'un espace pour créer et répéter est primordial. À Bruxelles, ce genre de lieux ne sont pas facile à trouver. Il faut offrir plus d'espaces de répétitions mais aussi de promotion pour nos artistes, professionnels comme amateurs.

  • Développer des résidences d’artistes sous la forme par exemple de logements équipés d’ateliers et proposés à des loyers modérés aux artistes sélectionnés.


  • Favoriser l'occupation précaire, avec l’accord du propriétaire, pour offrir des espaces de répétitions et de création alternatifs (par exemple, des immeubles en attente d’un projet, non occupés ou abandonnés)


  • Mettre à disposition des salles pour permettre aux artistes amateurs de faire des répétitions, des présentations, des expositions, etc.​​

  • Mettre en place des prix FWB, en collaboration avec les fédérations artistiques et la RTBF pour mettre en lumière des artistes issus des Académies d’art et de musique, et pour repérer des artistes amateurs qui méritent une reconnaissance

Let's talk !

Vous avez une remarque, une question ou soif de plus de détails sur mon projet?
Partagez vos commentaires avec moi, pour vous représenter j'ai besoin de connaître votre opinion !

 

©2019 by Antoine Couvreur